Osons le monde que nous souhaitons...

Viens poupoule
Imprimer : Print

undefined

Le syndicat mixte en charge de la collecte des déchets dans les 198 communes de la région de Besançon lance ce 23 mars l’opération « Des poules pour réduire mes déchets ». Pendant 3 mois, 15 familles accueilleront deux poules. Le Sybert explique que chacune peut picorer jusqu’à 150 kg de déchets par an et les transformer en œufs réduisant d’autant le poids des poubelles de ses concitoyens.
 
Avant l’arrivée des cocottes, les familles recevront une formation pour apprendre à fabriquer un poulailler avec des matériaux récupérés,  comment nourrir les animaux, peser les déchets… 
 
Un bilan de l’opération sera dressé à mi-parcours puis en juin pour vérifier la quantité des déchets ainsi transformés  mais pour l’instant je prépare mon prochain article : que faire de leurs fientes ?

publié par claire le 05 Mars 13 à 11h22 - vu 1242 fois
Redevenir locavores
Imprimer : Print

La distance moyenne parcourue par un produit alimentaire entre son lieu de production et l'assiette du consommateur se situe entre 2400 et 4800 km.Pourtant,  selon un sondage de l’Union européenne (sur « les attitudes des Européens vis-à-vis de la consommation et la production durables »), mené auprès de 26 500 citoyens de 15 ans et plus choisis au hasard dans les 27 États membres et en Croatie, l'empreinte écologique des produits sur l'environnement constitue pour 83% d’entre eux un paramètre influençant leurs décisions d'achat. Ils sont 72 % à souhaiter un système d'étiquetage obligatoire de l'empreinte carbone des produits.

De nombreux consommateurs souhaitent aujourd'hui privilégier des produits locaux et de saison. Pour les locavores, tous les aliments, ou presque, doivent avoir parcouru moins de 160 km pour arriver dans les assiettes).  Ils s’autorisent toutefois des exceptions dites «de Marco Polo » (sel, poivre, épices, fruits exotiques, café, thé, spécialités régionales ou produits de la mer, etc. qu’ils ne trouvent pas à proximité).

Favoriser les circuits courts permet de réduire considérablement le transport des marchandises et par conséquent la pollution qui aurait été engendrée.On évite (ou réduit) le développement d'exploitations de grandes tailles, mono-produits (renforçant la dépendance du producteur vis-à-vis de problèmes économiques, climatiques...) aux techniques de production intensives et polluantes, qui feront transporter leur production à travers tout le pays voire au-delà. C’est aussi un moyen de relancer, solidairement, les productions autour des bassins de consommation et de renforcer -ou créer- un maillage agricole (qui traverse une crise sans précédent) à proximité des villes, avec des créations d'emploi et une stimulation de l'économie locale. Des études montrent que la consommation locale permet de soutenir fortement l’économie rurale d’un territoire. 

Tout en développant du lien entre le producteur et le consommateur, on est  assuré de consommer des fruits et légumes de saison. Retrouver le rythme des saisons permet de renouer avec une tradition gastronomique séculaire salutaire pour notre santé (le pot au feu, le chou braisé, le gratin dauphinois et les pommes se savourent en hiver, quand la ratatouille, la salade de concombre, les fraises et les pêches, se dégustent plutôt au printemps et en été).  Le produit local est en général  plus frais, n'ayant pas eu à parcourir des milliers de kilomètres pour arriver sur nos étals. Il a été récolté à maturité et a donc plus de goût. On varie son alimentation et on découvre de nouveaux produits : c’est bon pour la santé et pour le moral, car on redécouvre la richesse de notre patrimoine local, et on met de la couleur dans son assiette.


publié par claire le 18 Novembre 12 à 22h48 - vu 1306 fois
Micro-Organismes efficaces
Imprimer : Print

Si l'on assiste aujourd'hui à la multiplication des fabricants et distributeurs de produits écologiques et bio, c'est certainement pour répondre à de nouvelles habitudes de consommation et à un retour aux valeurs naturelles, conséquences logiques d'une perte de repères et d'une dégradation de la santé dans notre société occidentale moderne.

Dans ce domaine en pleine expansion qu'est le commerce de produits naturels et certifiés Agriculture Biologique, EMshop.fr se distingue en intégrant à ses matières premières naturelles (toutes issues de l'agriculture biologique contrôlée) des EM, c'est-à -dire une substance combinant environ 80 sortes de bactéries utiles et bénéfiques.

EM est en effet l'abréviation internationale pour « Micro-organismes Efficace » (« Effective Micro-organisms » en anglais), un mélange découvert il y a plus de vingt ans par le professeur d'université japonais Dr Teruo Higa, et qui se présente comme une culture de micro-organismes utiles à caractère évolutif multipliant l'efficacité des ingrédient naturels auxquels ils sont associés.

Ces Micro-organismes Efficaces sont collectés dans la nature et cultivés d'une façon spécifique, mais ils ne sont ni modifiés ni manipulés. L'EM-Actif est obtenu, lui, en faisant fermenter ces Micro-organismes Efficaces avec une nourriture organique : une mélasse nommée A+ (résidu de la préparation du sucre de canne). Les domaines d'application de l'EM-Actif (ou EMA) sont presque infinis.
A l'inverse des antibiotiques ou des produits chimiques, qui détruisent les micro-organismes nocifs tout en exerçant une influence nuisible sur notre environnement et notre santé, les EM freinent le développement et les activités des micro-organismes nocifs, tout en accroissant la population des micro-organismes bénéfiques. Ils préviennent ainsi le développement de souches secondaires de bactéries à la résistance encore plus grande.

Qu'il se présente sous forme de liquide, de poudre, de céramique ou d'autocollants, l'EMA peut être employé tout aussi bien pour traiter les plantes, fertiliser les sols, favoriser le compostage ou désodoriser, que pour l'hygiène corporelle, les soins aux êtres vivants (hommes et animaux), l'entretien domestique ou l'assainissement de l'eau. Qu'ils soient Actifs ou utilisés comme composants destinés à accroître les qualités des produits naturels auxquels ils sont associés, les EM s'utilisent au quotidien dans la maison, au jardin, pour les animaux domestiques, pour les soins personnels, pour les plans d'eau, l'agriculture, etc. Au Japon comme aux Etats-Unis, l'EM est également utilisé dans le domaine de la cancérologie. D'ailleurs, l'un des derniers produits dérivé des EM créé par le Dr Higa, l'EM-X, est même considéré comme un médicament et remboursé par la Sécurité sociale au Japon.

Ainsi, EMshop.fr présente une large gamme d'accessoires pour l'assainissement de l'eau (céramiques), la fertilisation des sols et le compostage de déchets biodégradables (seau de cuisine Bokashi), mais aussi de produits cosmétiques (crèmes, shampoing, lotions, dentifrice, déodorant) et pour fabriquer soi-même son propre EMA (mélasse A+, Micro-organismes Efficaces, activateurs).

A travers la diffusion de produits à base d'EM, Comme le dit le Dr Teruo Higa : «Tout ce que l'esprit humain est capable de découvrir, dans quelque domaine que ce soit, est déjà présent dans la Nature. La science n'est qu'un outil, un moyen de nous faire comprendre les incommensurables merveilles et la grandeur de la Nature ! »

publié par claire le 02 Octobre 12 à 20h46 - vu 1392 fois

[Accueil] 1-3 de 3

Articles Récents

le 05 Mar 2013 - 11:22
le 18 Nov 2012 - 22:48
le 02 Oct 2012 - 20:46

Archives

Recherche