Osons le monde que nous souhaitons...

Le pois chiche
Imprimer : Print


Le pois chiche pousse sur une plante d'aspect buissonnant qui peut atteindre de 20 cm à 1 m de haut et qui croît sous des climats chauds et secs. Ses gousses courtes et enflées mesurent environ 2 à 3,5 cm de long et contiennent de 1 à 4 graines, plus ou moins arrondies et bosselées, qui mesurent environ 1 cm de diamètre. Probablement originaire du Moyen-Orient, il est aujourd'hui principalement cultivé en Inde et en Turquie. Si les premières traces de son utilisation comme aliment datent d'il y a environ 7 000 ans, il semble qu’il aurait été cultivé pour la première fois dans la région méditerranéenne il y a 5 000 ans, et en Inde il y a environ 4 000 ans. Cette légumineuse était aussi appréciée des grecs, des égyptiens et des romains. Plus tard, la culture du pois chiche s'est répandue à travers le monde grâce aux explorateurs espagnols et portugais et immigrants indiens dans les régions subtropicales. Le terme latin arietinum désignant le pois chiche signifie "petit bélier" et fait référence à la forme irrégulière du pois, comparée à la tête de bélier.
 
Le pois chiche est une excellente source d'acide folique et de potassium; une bonne source de fer, de magnésium, de cuivre, de zinc et de phosphore. il contient de la thiamine, de la niacine, de la vitamine B6 et du calcium. Il est source de fibres. Ses protéines sont dites incomplètes car elles sont déficientes en certains acides aminés. On dit le pois chiche diurétique, stomachique et vermifuge.
publié par claire le 22 Octobre 13 à 16h57 - vu 949 fois
Le céleri-rave
Imprimer : Print

Plante potagère originaire de la région méditerranéenne, le céleri-rave appartient à la famille des apiacées (anciennement ombellifères), qui comprend environ 400 genres, dont la carotte, le persil, l’aneth, la coriandre, le carvi et la livèche. Il appartient au même genre et à la même espèce botaniques que le céleri commun ou céleri-branches : Apium graveolens).
 
Sur les étals, préférez-le petit, lourd, ferme et intact. S'il est gros et sonne creux, il sera trop fibreux. De forme régulière, il sera plus facile à peler.
 
 
Sa saveur délicate fait qu'il peut être consommé cru ou cuit. Légumes d’hiver, comme tous les légumes racines, il renferme plusieurs vitamines (particulièrement la vitamine K, mais aussi la B5, B6 et C) et minéraux (Cuivre, Manganèse, Phosphore). Attention donc à ne pas trop le cuire pour en bénéficier !
Il contient des polyacétylènes. Selon diverses études, des chercheurs ont démontré que ces composés détruisent certaines cellules cancéreuses in vitro. Pour le moment, ces résultats sont préliminaires et d’autres études devront être réalisées pour comprendre davantage la relation entre la consommation de céleri-rave et le cancer.
Des recherches ont démontré que l’ajout de céleri-rave séché et réduit en poudre à sa consommation courante inhibait la perte de masse osseuse dû à l’âge.
Enfin, de manière générale, n’oublions pas qu’ aujourd’hui nous savons scientifiquement que la consommation élevée de légumes diminue le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. Toutefois, des variations considérables peuvent survenir dans les quantités de substances bénéfiques contenues dans ces légumes, selon leurs modes de culture et d’entreposage.

Certains symptômes d’allergie chez les personnes déjà allergiques aux pollens, entre autre à ceux du boulot et de l’armoise, peuvent être induits par la consommation de céleri-rave. Dans certains pays européens, notamment au Royaume Uni, la présence de céleri doit obligatoirement figurée sur les étiquettes des produits transformés, au même titre que les noix ou le soja. A noter également, que la cuisson, même forte, n’enlève pas ses allergènes.

publié par claire le 05 Mars 13 à 13h26 - vu 1306 fois
Le coing
Imprimer : Print

Le coing est le fruit du cognassier, petit arbre qui serait à l'origine d'Iran et ne pousse que sous des climats chauds. Les Romains utilisaient son huile essentielle en parfumerie. En Grèce, on croyait qu'il éloignait les mauvaises influences. Il était considérait comme un symbole d'amour. On s'en servait dans les rites du mariage.
La confiture et la gelée sont les apprêts traditionnels du coing et ce, depuis des temps reculés. La richesse en pectine du fruit, une substance mucilagineuse épaississante, explique cet usage. le mot "marmelade" vient d'ailleurs du terme portugais marmelada qui signifie "confiture de coing" (marmelo). Les pépins du coing contiennent en abondance un mucilage qui autrefois entrait dans la préparation d'un fixatif pour cheveux.
La mince peu du coing, d'abord verte, devient jaune lorsque le fruit est mûr. Comme la poire, le coing ne mûrit pas bien sur l'arbre. On le cueille donc pas trop mûr et on le laisse mûrir à température ambiante. Sa chair est parfumée mais il est immangeable cru. Lorsqu'elle est coupée, elle s'oxyde rapidement. IL faut la cuire immédiatement.
Ce fruit est une bonne source de potassium et contient de la vitamine C et du cuivre. On le dit apéritif et astringent. Il serait bénéfique pour le système gastro-intestinal.
Sur le marché, choisissez des coings charnus, fermes et intacts. Les fruits très murs sont souvent tachés. Cela n'a guère d'importance si on les cuit immédiatement. Les fruits verts ne sont pas mûrs. Préférez-les jaunes.


 

 

publié par claire le 14 Octobre 12 à 22h37 - vu 1380 fois

[Accueil] [1] 2 3  [Suivant]1-3 de 7

Articles Récents

le 22 Oct 2013 - 16:57
le 05 Mar 2013 - 13:26
le 14 Oct 2012 - 22:37
le 01 Oct 2012 - 22:33

Archives

Recherche